Road-trip sur le plateau des Boloven

Le matin pour une fois nous prenons le bateau et pas le bus. Le départ est à 8h depuis la guesthouse, on se le fait bien préciser. Mais à 7h45, le batelier vient nous chercher, genre : « Eh faut y aller maintenant, le bus est à 8h de l’autre côté de la rive ! » Ne cherchons pas à comprendre. Et là, il y a une de ces scènes déroutantes et incompréhensibles : le premier batelier part en nous disant « good luck » et nous laisse seuls sur le bateau. Puis un deuxième batelier arrive 5 minutes plus tard, pas du tout pressé, il prend même le temps de passer un coup de plumeau sur le bateau d’à côté, puis nous partons.

Nous arrivons à Paksé vers 11h, directement chez un loueur de scooters puisque ce qui nous intéresse dans le coin est de nous rendre sur le plateau des Boloven, en faisant une boucle d’environ 300km. Après un temps de réflexion, nous faisons des petits sacs pour quelques jours, nous laissons les gros au loueur, et nous partons.

Pakse (1)

Pakse (2)

Mais le ciel devient menaçant, ça gronde, et au bout de 2 heures nous devons nous résoudre à nous arrêter, heureusement pile poil au bon moment et au bon endroit, car nous n’étions pas du tout équipés pour affronter la pluie.

Pakse (3)

Et c’est là que le déluge commence, la quantité d’eau qui tombe forme un torrent autour de notre maigre abri. La foudre tombera à moins de 50 mètres, j’en sursaute encore.

Pakse (4)

Nous tombons même sur un scorpion énorme. Nous le surveillerons de bien près !

Pakse (5)

Et puis après 3h d’attente, nous repartons sous une pluie fine pour rejoindre une plantation de café malheureusement non visitable à cause de la météo. On prend un café pour se réchauffer, et nous repartons sous la pluie pour atteindre une guesthouse avant la tombée de la nuit.

Pakse (6)

Le soir nous trouvons des petits bungalows au bord de la rivière, et nous croisons au restaurant un couple de français qui voyage au long cours comme nous, mais dans l’autre sens ! Ils sont partis à l’automne dernier en commençant par l’Amérique du Sud, et finissent dans quelques mois par l’Asie. C’est l’occasion d’échanger les bons plans !

 Le plateau des Boloven est réputé pour ses cascades, nous partons explorer nos premières aux alentours de Tad Lo au petit matin.

Vers midi nous quittons le village pour aller en visiter un autre plus petit, et rencontrer Mr Hook, habitant qui a beaucoup à nous raconter…

  • Nous sommes dans un village animiste de l’ethnie des Katou, les habitants ont des croyances relatives aux esprits, interprètent les rêves et font un peu (beaucoup ?) de magie noire
  • Le village utilise au maximum les ressources naturelles, plantes contre la diarrhée, les coups de soleil, pour cicatriser, …
  • Il nous montre aussi des choses plus originales, comme ces plantes qui se referment quand on les touche, cette feuille qui a une sève tellement liquide qu’elle permet de faire des bulles de savon, une lance à partir d’une tige qui peut tuer un animal dans un rayon de 5-6 mètres, une autre plante pour faire de la fibre aussi résistante que le nylon
  • Nous mangeons des fourmis rouges : il enlève la tête et vous mangez le reste, ça a un peu goût de citron, c’est délicieux
  • Ici ce sont les femmes qui travaillent aux champs parce que les hommes sont trop feignants
  • Et puis il nous raconte qu’il a transgressé les règles 3 fois, il a trompé sa femme en se rendant en ville. Comment les villageois ont su ? C’est simple : la première fois au cours d’une cérémonie, chaque homme devait planter un couteau dans un bol rempli de riz. Pour tout le monde la lame se plante dans un grain de riz, sauf pour lui : le village a su qu’il avait transgressé les règles, il a dû avouer. La deuxième fois, le gourou du village tue des bêtes et récupère leur sang, puis dit aux hommes du village : « Si vous buvez et que vous avez transgressé les règles, vous mourrez dans 2-3 jours. » Résultat : il n’a pas osé boire, il a avoué. A la suite de ces transgressions, il a du payer cher sa réhabilitation par des dons d’animaux. Après avoir transgressé les règles une troisième fois, il ne peut plus sortir du village sous peine d’être exclu définitivement. Sacré Mr Hook !
  • Et sûrement plein d’autres choses à raconter, sur la vie des femmes, les naissances, les morts, les esprits, mais il va falloir se rendre sur place !

Nous recroisons dans le village Sylvain et Marjorie, le couple rencontré la veille, nous passerons quelques jours ensemble au final. Nous reprenons la route à 4, direction Sékong avant la tombée de la nuit.

Pakse (15)

Nous mettrons un peu de temps à trouver de quoi nous loger et de quoi manger. Malgré l’offre surabondante de logements, il est très difficile de descendre les prix au Laos, les laotiens n’ont pas l’esprit très capitaliste, et cela peut être un avantage à d’autres égards.

Le lendemain, quelques cascades nous attendent encore, et le soleil incite même à nous baigner malgré l’eau un peu marron.

Pakse (16)

Un autre trek de 3h est prévu un peu plus loin, avec pas moins de 5 cascades à visiter. On passe la barrière et c’est parti !

Pakse (17)

Mais encore une fois, après 2 cascades, le ciel gronde alors que nous sommes dans l’eau, nous ferons demi-tour pour nous abriter et manger un morceau.

Nous repartirons comme toujours afin d’atteindre une guesthouse pour la nuit, et quelle guesthouse ! Un établissement dans un espace hors du temps, avec encore plein de choses à raconter.

  • Personne ne parle anglais ici, ça dépayse !
  • Nous rentrons nos scooters dans la pièce principale, qui s’avère être aussi le restaurant, ce que nous n’avions pas vu, car les tables n’étaient pas encore dépliées.
  • Nos amis français qui demandent une bière se retrouvent avec un café frappé, et deux israéliens qui commandent des thés chauds, se retrouvent avec des thés glacés, et essaient de faire comprendre le terme « chaud » en mimant, pas facile
  • Les 2 israëliens à côté de nous commandent des frites, on leur apporte, pour mettre avec, du ketchup, du sucre, et… de la margarine ! Puis le serveur, voyant que la margarine est trop dure, s’en va la faire chauffer, la ramène et montre comment tremper sa frite d’abord dans la margarine puis dans le sucre. Et après ça, tous les laotiens se marrent fortement…
  • Les propriétaires jouent à un jeu avec des petites cartes avec des symboles en mandarin. Il est impossible de comprendre une quelconque logique : pas de sens particulier, ils semblent s’attaquer des fois, s’échanger des cartes, piocher. Pour ceux qui connaissent, c’était soit du Kamoulox de Kad & O, soit le jeu de Barney avec les asiatiques dans How I Met Your Mother.
  • Nous ne savons pas trop si nous sommes à l’intérieur ou l’extérieur, et l’établissement est en travaux, ce qui fait que nous serons réveillés le lendemain à 6h15 !

Encore et toujours des cascades au programme pour aujourd’hui. On tombe aussi sur un terrain de pétanque, jeu très répandu ici.

Pakse (24)

Pakse (25)

A la deuxième cascade on peut se baigner, ce que j’ai le temps de faire. Malheureusement il se remet à pleuvoir, et nous devons nous abriter rapidement. Nous rencontrons à cette occasion Céline et Mickaël, deux autres français en voyage pendant 8 mois. Décidément, nous croisons beaucoup de voyageurs au long cours au Laos.

Pakse (26)

Pakse (30)

Une bonne soupe nous permettra de nous réchauffer un peu.

Pakse (27)

Et puis nous repartons, équipés pour la pluie bien entendu.

Pakse (28)

Pakse (31)

Par chance, une éclaircie rendra la plus grande des cascades plus agréable à regarder.

Pakse (29)

Nous rentrons enfin sur Paksé. Malgré cette pluie un peu handicapante, nous avons bien profité de notre tour à moto, la fatigue se fait sentir, et on a eu mal aux fesses. Après quelques jours, notre petit groupe de 4 se sépare, puisque Sylvain et Marjorie vont au Sud, et nous allons vers le Nord. Rendez-vous à Paris ?

 

Thibault

Thibault

8 Comments

  • Freukfamily

    Coucou des mamans en direct de Courbevoie pour leur fete des mères , le mauvais temps est de rigueur en ile de France mais chez vous c’est l’aventure
    Hier nous partions voir un concert du célébrissime jamaïcain lee scratch perry et nous étions bloqué par une
    boite automatique sur une fiat 500 dans notre parking pendant 20mn. Dur dur mais , nous avons fini par y arriver..
    Sophia je t’adore de la part d’evaelle . bisous

    29 mai 2016 at 14 h 41 min
    • Sophia
      Sophia

      Connais pas Lee Scratch Perry, désolée 😉
      Gros bisous et un encore plus gros pour Evaëlle !!

      13 juin 2016 at 17 h 45 min
  • Marjorie & Sylvain

    Salut tous les 2. On est contents d’avoir croisé votre route. Continuez comme ça pour la suite de vos aventures. Le rendez vous est pris à Paris pour un sirop de canne accompagné d’éclairs au chocolat. Bises.

    31 mai 2016 at 15 h 48 min
    • Sophia
      Sophia

      Nous aussi on est contents et on espère bien vous revoir ! Profitez bien vous aussi, bises !!

      13 juin 2016 at 17 h 46 min
  • Mam Sonia

    Hello, suite au post d’hier, j’ai pu enfin visionner au calme les quatre derniers articles toujours aussi intéressants et instructifs, avec ces découvertes merveilleuses, ces paysages à couper le souffle… un sacré pèlerinage…Bientôt la suite…..Bisous bisous….

    31 mai 2016 at 17 h 55 min